top

La luminothérapie

Médecine douce et naturelle, la luminothérapie est une source de bien-être et d’amélioration de la santé, surtout pendant les périodes automnale et hivernale, propices à la déprime. Toutefois, les applications de la luminothérapie ne s’arrêtent pas aux troubles de l’humeur. Faisons la lumière sur la luminothérapie.

  1. Comment fonctionne la luminothérapie ?
  2. Les 6 bienfaits de la luminothérapie sur la santé
  3. Lampes, lunettes ou séances de photothérapie : que choisir ? 
  4. Comment utiliser la luminothérapie ? 
  5. Le coût d’un traitement par luminothérapie 
main

Se soigner par la luminothérapie

L’organisme a besoin de lumière naturelle, malheureusement certaines saisons, régions et activités professionnelles ne permettent pas de passer assez de temps en extérieur, par temps dégagé, pour répondre à ce besoin. La photothérapie est alors une source de lumière à ne pas négliger notamment en cas de dépression saisonnière. 

Comment fonctionne la luminothérapie ?

Le principe de la luminothérapie est d’absorber une lumière dont le spectre est le même que le rayonnement naturel. Il n’est pas question de se mettre en plein soleil aux heures méridiennes (entre 12 et 14 h) ni de s’exposer aux UV ! Car justement la lumière utilisée en photothérapie ne comporte pas d’UV. L’absorption lumineuse passe majoritairement par les yeux qui la transmettent au cerveau. Mais de multiples applications de la photothérapie (notamment la chromothérapie) sont purement cutanées.

L’impact de la lumière sur les rythmes circadiens

La lumière perçue par nos yeux, parvient jusqu’à une glande endocrine (qui produit des hormones) située dans le cerveau, qui s’appelle la glande pinéale ou épiphyse. La glande pinéale produit la mélatonine, plus connue sous le nom d’hormone du sommeil. Pour fabriquer cette hormone ou non, la glande pinéale se base sur la lumière qu’elle reçoit. Elle contribue à la régulation de l’horloge interne, ou au maintien des cycles circadiens (alternance des périodes de sommeil et d’éveil dans une durée approximative de 24 heures). Quand la luminosité générale baisse : elle déclenche la sécrétion de l’hormone du sommeil. Et quand l’épiphyse continue de recevoir de la lumière, elle ne libère pas de mélatonine.
C’est pourquoi la glace pinéale et le sommeil peuvent être perturbés par l’usage d’écrans lumineux tard le soir, même si l’intensité et la nature de la lumière des écrans et celle de la lumière naturelle ne sont pas les mêmes.

Depuis quand existe la photothérapie ?

La photothérapie existe depuis l’Antiquité. Avant l’invention des lampes reproduisant le spectre de la lumière naturelle, c’était simplement en s’exposant au Soleil que cette thérapie était pratiquée. On parle alors d’héliothérapie.
C’est aussi en exploitant les vertus de la lumière naturelle, que les sanatoriums sont apparus à la fin du XXe siècle.

Toutes les lumières sont-elles bonnes pour la santé ?

Toutes les sources lumineuses n’ont pas les mêmes propriétés. La lumière utilisée en luminothérapie reproduit le spectre de la lumière naturelle, avec une quantité de « lux » précise. C’est dans ces conditions que la lumière peut être employée en photothérapie. Toutefois, l’ajout de filtres colorés peut être bénéfique pour cibler certains troubles à traiter. Il s’agit alors de chromothérapie.

La luminothérapie peut-elle compenser les effets d’une surconsommation d’écran ?

L’un des atouts actuels de la luminothérapie est de palier au manque d’absorption de « bonne lumière » par notre organisme. Notamment à cause de l’usage intensif d’écran, d’un mode de vie de plus en plus sédentaire et d’un manque d’activités extérieures, l’exposition à la lumière naturelle est de plus en plus limitée. C’est pourtant un élément fondamental de notre maintien en bonne santé. L’usage d’appareils de photothérapie peut donc être pour limiter les symptômes d’un syndrome de déficience numérique, lié à une surconsommation d’écran, et à l’exposition à la lumière bleue émise par les écrans.

Les 6 bienfaits de la luminothérapie sur la santé

Depuis la Grèce Antique, la lumière du soleil est utilisée pour améliorer la santé, voire guérir certains troubles. Aujourd’hui, ses bénéfices sont reconnus dans différents domaines, et la luminothérapie s’effectue sans danger (absence d’UV et d’infra-rouge) grâce à des équipements performants et accessibles, en établissements de santé et bien-être ou chez soi.

1) L’efficacité de la luminothérapie lors de dépression saisonnière

La dépression saisonnière qualifie la déprime qui survient tous les ans, alors que les jours raccourcissent, que le soleil est moins présent, que le temps rafraîchit… et qui persiste plusieurs jours voire plusieurs semaines ou mois. L’absence de soleil est un facteur déclenchant à cette pathologie annuelle. Le recours à la luminothérapie dans ce contexte est particulièrement recommandé puisqu’il va apporter une compensation lumineuse à l’organisme. Il va aussi rétablir le sommeil, si jamais les symptômes de la dépression comportent des troubles du sommeil. La photothérapie est préconisée dans tous les cas de dépression. Grâce à son caractère régulateur de sommeil, elle permet de rééquilibrer l’humeur.
Seules les dépressions liées au syndrome prémenstruel n’ont pas trouvé dans l’usage de la luminothérapie, de bénéfices reconnus par des études scientifiques.

La dépression saisonnière

2) L’aide de la luminothérapie dans la lutte contre le cancer

De nombreuses études ont démontré que la luxthérapie aide les patients en traitement anti-cancéreux à mieux récupérer. Que cela grâce à un meilleur sommeil ou grâce à une stimulation de l’organisme, la photothérapie permet aux patients en rémission un mieux-être et des convalescences plus brèves.

3) La régulation des troubles alimentaires grâce à la luminothérapie

Les troubles alimentaires sont principalement liés aux troubles de l’humeur. En régulant l’humeur et le sommeil, la luminothérapie a un effet direct sur les crises de boulimie, comme sur l’anorexie, en diminuant leur fréquence et leur intensité.

4) L’amélioration de la peau avec la luminothérapie par couleurs

La méthode de photobiomodulation stimule les cellules cutanées pour accélérer la cicatrisation des plaies, des brûlures, des maladies de peau comme le psoriasis. Le vert serait une couleur favorisant le renouvellement cellulaire. Ainsi en chromothérapie, l’emploi d’un filtre vert sur une lumière de soin, aiderait notre peau à cicatriser plus vite.

5) Contrer le Jet-lag, les décalages horaires et troubles du sommeil en utilisant la luminothérapie

La photothérapie permet de maintenir le rythme circadien en « exposant » l’épiphyse à une source lumineuse. Ainsi, elle peut sécréter et libérer l’hormone du sommeil en fonction de la luminosité qu’elle a reçu au cours de la journée. Cette utilisation permet aux personnes en voyage, à celles qui travaillent de nuit, ou aux personnes qui ont des difficultés à s’endormir de retrouver un confort au moment du coucher.

6) L’apport de la luminothérapie chez les séniors

La lumière naturelle joue un rôle important dans la lutte contre le vieillissement cellulaire. Si cette découverte médicale a permis l’émergence de soins esthétiques tels que la photomodulation, elle permet également de prévenir le vieillissement des cellules du cerveau. Les neurones présents dans le cerveau vieillissent et ne se renouvellent pas. En se dégradant, ils provoquent des démences ou des maladies cognitives telles que la maladie d’Alzheimer. Des études anglaises ont récemment démontré une amélioration de la concentration et une diminution de la démence chez des résidents de maison de retraite suivant quotidiennement à une luminothérapie.

Lampes, lunettes ou séances de photothérapie : que choisir ?

S’offrir des séances de luminothérapie, avec les technologies actuelles peut prendre plusieurs formes. Il existe des centres de soins qui proposent des séances de photothérapie, encadrées par des professionnelles, avec des appareils très puissants dont l’utilisation demande un savoir-faire. Mais depuis de nombreuses années, des lampes et même des sur-lunettes de luminothérapie sont à portée de tous. Disponibles dans des boutiques d’électroménagers et de bien-être, ces appareils n’ont pas tous les mêmes caractéristiques et doivent être choisis en connaissance de cause.
Dans un premier temps, la puissance de la lampe doit être indiquée en lux. Plus la lampe délivre de lux, plus elle sera efficace. Actuellement, les meilleures lampes de luminothérapie offrent 10.000 lux. Les meilleures lunettes de luminothérapie sont à 1.500 lux. Leur proximité avec les yeux les rend aussi efficaces qu’une lampe de 10.000 lux placée environ à 70 cm du visage.
Il est primordial de s’assurer que les normes CE sont respectées et que la lampe n’émet aucun UV ou rayon infrarouge.
Il convient de penser à l’utilisation quotidienne nécessaire à l’efficacité de la luminothérapie : où placer la lampe ? De combien de temps d’immobilité dispose-t-on quotidiennement ?
Si ces deux questions ne trouvent pas de réponse facilement alors les lunettes seront plus simples d’emploi puisqu’elles ne mobilisent ni espace ni temps. En effet, elles se rangent facilement, et toutes les activités quotidiennes (à part la conduite) peuvent se réaliser en les portant.

Les lampes et appareils de luminothérapie

Les simulateurs d’aube et de crépuscule

Certains réveils permettent de récréer une variation de lumière rappelant le lever ou le coucher du jour. Cette augmentation progressive de lumière permet de se réveiller naturellement et en douceur. A l’inverse, le déclin de lumière ,des simulateurs de crépuscule, aide à s’endormir et à retrouver un rythme biologique plus équilibré. Toutefois, ces simulateurs ne proposent des lampes qu’aux alentours de 350 lux, ce qui n’est pas suffisant pour suivre une cure de luminothérapie. C’est pourquoi ils sont à envisager en complément des séances de photothérapie.

Comment utiliser la luminothérapie ?

La luminothérapie demande de la régularité. Pour en optimiser les effets, il convient de :

  • s’exposer tous les jours environ 30 minutes
  • se placer dans un rayon de 50 à 70 cm de la lampe.

Ces recommandations se basent sur l’emploi d’une lampe à 10.000 lux (ou lumen), si la lampe est plus faible, il faudra se rapprocher et augmenter le temps d’exposition.
Lors de l’emploi de lunettes de luminothérapie, la durée maximale est de 30 minutes à 1.500 lux. Les premiers effets se font sentir dès la première semaine d’utilisation en continu.

Le coût d’un traitement par luminothérapie

Une séance en institut coûte en moyenne une quinzaine d’euros, une séance par semaine est nécessaire durant toute la période Automne-Hiver pour compenser le manque de lumière naturelle.
Une lampe de qualité s’achète aux alentours de 150 €. Quant aux sur-lunettes, qui sont les dernières arrivées sur le marché, il faudra compter environ 200 €.

Quels sont les dangers et effets secondaires de la luminothérapie ?

Bien que des études soient encore en cours pour valider les bénéfices et les risques de la photothérapie, aucun effet secondaire n’a été soulevé jusqu’à ce jour.
Une prudence et une utilisation autorisée et contrôlée par un médecin sont préconisées pour :

  • les personnes souffrant de troubles tels que la schizophrénie, la paranoïa ou l’épilepsie,
  • les personnes prenant des médicaments photosensibilisants,
  • les personnes présentant une cataracte, une DMLA, un glaucome, un herpès ophtalmique, une rétinite pigmentaire ou diabétique.
Trouver facilement un opticien près de chez soi

Les Opticiens par Conviction sont des opticiens engagés, d’authentiques professionnels indépendants qui se sont regroupés et qui défendent une éthique professionnelle sans concession, des valeurs communes et des expertises de santé visuelle pointues, dans le véritable intérêt de leurs clients indépendamment des modes, des pressions économiques ou externes.
Avec l'annuaire des opticiens, trouvez l'opticien le plus proche de chez vous.

Voir l'annuaire des opticiens
+ Aa -