top

L’impact du manque de sommeil sur la vision

Un tiers des Français avoue mal dormir. Un fait qui s’explique par des modes de vie parfois stressants dans lesquels l’usage des ordinateurs et smartphones dérègle les horloges biologiques. Le manque de sommeil conduit à une baisse de la vigilance, à des courbatures ou douleurs musculaires, mais aussi à des perturbations visuelles ! Sur le long terme, les troubles du sommeil ont des effets sur la vue et la santé oculaire. Le glaucome, la neuropathie ischémique oculaire, mais aussi la myopie sont parfois mis en corrélation avec un manque de sommeil. Faisons le point sur l’influence du sommeil sur les yeux et la vision.

  1. Les conséquences de l’insomnie sur la vue
  2. Les symptômes du manque de sommeil sur la vue 
  3. Traitements et conseils pour lutter contre le manque de sommeil 
  4. Des yeux en bonne santé pour bien dormir 
main

Les conséquences de l’insomnie sur la vue

L’insomnie, ou difficulté à s’endormir ou à dormir suffisamment, est un trouble qui touche de nombreuses personnes, adultes et enfants. Le stress est souvent le premier accusé de ce manque de sommeil, pourtant l’alimentation, l’activité physique et l’état de santé général sont aussi des facteurs à prendre en considération pour trouver ou retrouver un bon sommeil. La santé oculaire peut aussi interférer dans le processus d’endormissement.
Ne pas trouver le sommeil une nuit ou deux se lira sur le visage avec des traits tirés et sur le comportement à travers une mauvaise humeur et une forte fatigue… Quand ces insomnies perdurent l’état de santé général peut vite se dégrader. Mais qu’est-ce qu’un manque de sommeil peut faire aux yeux ? Pourquoi bien dormir est essentiel pour la vision ?

Les symptômes du manque de sommeil sur la vue

Avoir une courte nuit arrive à tout le monde ! Cernes, yeux gonflés, paupières lourdes vont alors témoigner de notre fatigue et de notre manque de sommeil ponctuel.
Mais les implications visuelles d’un déficit en sommeil ne se voient pas toujours de l’extérieur ! Ainsi, après une série d’insomnies, il se peut que :

  • la vue devienne floue ou se dédouble,
  • des sécheresses oculaires apparaissent,
  • les yeux deviennent rouges,
  • la lumière soit difficile à supporter et éblouisse plus que d’habitude
  • les paupières battent ou bougent spontanément (il s’agit de myokymie)

Sur le long terme, les troubles du sommeil multiplient les risques de glaucome et de neuropathie optique ischémique. Ces deux pathologies sont alors les conséquences d’un manque de repos dont les yeux, le système vasculaire et le nerf optique ont besoin pour fonctionner correctement. Les yeux ont besoin d’un minimum de 5 heures de repos pour se réhydrater et se détendre complètement. Avec moins de 5 heures de sommeil, un déficit de repos peut se ressentir et entraîner une fatigue visuelle.

Les effets de la fatigue sur les yeux sont-ils de la fatigue visuelle ?

La fatigue visuelle et la fatigue générale sont deux choses distinctes. La fatigue oculaire survient après de longues périodes de focalisation visuelle, soit en passant beaucoup de temps sur un écran, ou à lire, ou à réaliser des activités sollicitant notre vision de près. Les symptômes de la fatigue visuelle sont principalement des yeux rouges, qui tirent et une sécheresse oculaire. La fatigue générale, aussi appelée asthénie, affecte tout l’organisme. Elle provoque des douleurs musculaires, des vertiges, des nausées, des troubles de l’humeur comme de l’irritabilité, de la déprime et évidemment de la somnolence.

L’apnée du sommeil peut-elle endommager les yeux ?

Le Pr Korobelnik de l’hôpital de Bordeaux a présenté en mai 2014 une étude sur les complications oculaires des apnées du sommeil.
L’apnée du sommeil augmente les risques de glaucome, de maladie rétinienne et d’œdème papillaire. En effet, le manque d’oxygénation durant les pauses respiratoires dues à l’apnée du sommeil, a des conséquences directes sur le fonctionnement du nerf optique. En 2018, une équipe de l’université de Loyola, dirigée par le Dr Bouchard, a révélé que la moitié des patients suivis pour des apnées du sommeil souffrait également d’un syndrome de paupières tombantes, le floppy eyelid syndrom, provoquant notamment des sécheresses oculaires.
En France, 50 000 personnes sont touchées par l'apnée du sommeil, qui peut parfois leur être diagnostiquée au cours d’une consultation ophtalmique !

La myopie est-elle associée à un manque de sommeil ?

Depuis 2016, des recherches établissent un lien entre la myopie et le sommeil. L’université d’Ulster a mis en évidence un taux de mélatonine très différent chez les personnes myopes et chez les emmétropes. Le Pr Chakraboty de l’Université Flinders, dans la revue Sleep, corrobore les résultats d’une étude japonaise affirmant que les myopes dormiraient en moyenne 1h12 de moins que les personnes sans trouble visuel.  De façon générale, les myopes s'endorment plus tard, mettent plus longtemps à s'endormir et dorment moins longtemps que les non myopes.
Toutefois, les facteurs environnementaux, comme une potentielle surconsommation d’écran, ne sont pas présentés dans ces données. Il est pourtant établi qu’une myopie comportementale se développe de façon exponentielle. Ces comportements favorisant le « myopia boom » sont liés notamment à d’importantes durées d’exposition à la lumière bleue des ordinateurs et smartphones. Ce rayonnement émis par les appareils numériques atteint les yeux et perturbe la production des hormones du sommeil et donc les cycles circadiens. Est-ce donc la myopie qui agit sur le sommeil ou l’excès d’écran qui impacte la vision et par conséquence le sommeil ?

Traitements et conseils pour lutter contre le manque de sommeil

Le premier conseil qui vient à l’esprit pour combattre le manque de sommeil est de… dormir ! Certes, mais ce n’est pas toujours simple de bien dormir, d’avoir un endormissement serein et un sommeil réparateur de qualité.

  • Il faut rester vigilant quant à l’usage des ordinateurs, télévisions et smartphones en soirée. La lumière bleue qu’ils émettent trouble notre organisme, qui ne perçoit plus l’arrivée du soir et ne déclenche plus la production de l’hormone du sommeil (la mélatonine). Sans cette hormone, s’endormir ne fait pas spontanément et un cercle vicieux s’installe : l’endormissement prend trop de temps, l’ennui et l’impatience s’installent, le retour aux écrans semble une bonne solution pour « attendre » le sommeil alors qu’en fait leur utilisation retarde l’endormissement… Stopper l’usage des écrans au moins 2 heures avant de se coucher serait bénéfique au sommeil.
  • Respecter des horaires fixes et une routine du soir permet à notre corps de se mettre au repos progressivement. changer de tenue pour se mettre en pyjama, se préparer une tisane, ranger ses affaires, préparer sa tenue pour le lendemain, se coucher tous les jours à la même heure … Tous ces rituels apportent un apaisement à notre esprit et envoient à notre cerveau le signal que l’heure de dormir approche.
  • L’alimentation joue aussi un rôle sur le sommeil. Certains aliments favorisent le sommeil, comme la laitue, les bananes, le poisson… Et d’autres au contraire seront des stimulants à éviter le soir : comme le café, certains sodas ou encore les apports en vitamines C. Attention à la consommation d’alcool le soir !! S’il semble favoriser l’endormissement, il ne permet pas de bien dormir puisque, très vite, le sommeil est interrompu par une grande soif ou des vertiges… Manger 2 heures avant de dormir permet de ne pas ressentir de faim au moment du coucher et de ne pas entraver la digestion.
  • L’environnement est aussi un élément important pour bien dormir. Idéalement, il faut une chambre à température moyenne, et dans laquelle le bruit et la lumière peuvent être limités.
  • Le sommeil se prépare toute la journée ! Faire de l’exercice physique ou de la méditation pour évacuer le stress, essayer de profiter de l’ensoleillement naturel, se réveiller tous les matins à la même heure… Autant d'atouts pour trouver le sommeil en fin de journée.
  • Une consultation médicale est indispensable si les troubles du sommeil persistent. Certains médicaments peuvent aider juste à l’endormissement ou interviennent dans d’autres phases du sommeil. Seul un médecin a les compétences nécessaires pour prescrire un traitement. Les compléments alimentaires et l’automédication concernant le sommeil sont à utiliser avec de grandes précautions.

Des yeux en bonne santé pour bien dormir

Si la qualité du sommeil a une influence sur nos yeux, l’inverse est vrai aussi ! L’université de Washington a mené une étude sur les cycles du sommeil des personnes atteintes de troubles visuels. L’équipe du Pr Russel a donc trouvé que les personnes porteuses de pathologies du nerf optique souffrent davantage de troubles du sommeil. De façon logique, les capteurs de lumières (photorécepteurs) présents sur la rétine ne peuvent plus communiquer avec le cerveau si le nerf optique est endommagé. La production d’hormones liée à l’ensoleillement ou l’éclairage ambiant est donc perturbée. Ce sont ces hormones qui contrôlent les cycles circadiens (les phases d’éveil et de sommeil) et qui permettent de bien dormir.

Trouver facilement un opticien près de chez soi

Les Opticiens par Conviction sont des opticiens engagés, d’authentiques professionnels indépendants qui se sont regroupés et qui défendent une éthique professionnelle sans concession, des valeurs communes et des expertises de santé visuelle pointues, dans le véritable intérêt de leurs clients indépendamment des modes, des pressions économiques ou externes.
Avec l'annuaire des opticiens, trouvez l'opticien le plus proche de chez vous.

Voir l'annuaire des opticiens
+ Aa -