top

Les effets de la pollution sur les yeux

Industrialisation, transports intensifs, modes de vies modernes… Tous ces éléments qui contribuent à nous offrir un quotidien confortable sont responsables de la détérioration de notre planète du fait de la pollution qu’ils génèrent. Mais si la nature souffre de l’activité humaine, elle n’est pas la seule. La santé des individus est elle aussi impactée par les différents types de dégradation de l’environnement.
La pollution de l’eau provoque des maladies de peau, la pollution lumineuse peut engendrer des troubles du sommeil, celle des sols se retrouve dans la plupart des aliments, une atmosphère polluée engendre une multiplication des cas d’allergies saisonnières. Dans certains cas, la pollution peut même favoriser des maladies cardiovasculaires ou des cancers. Mais ce n’est pas tout : les yeux sont, eux aussi, victimes de la pollution atmosphérique.

  1. Les conséquences de la pollution atmosphérique sur les
  2. La pollution augmente les risques de glaucome et de DMLA 
  3. Quels éléments polluants de l’air sont dangereux pour nos yeux ? 
  4. 5 conseils pour préserver ses yeux de la pollution atmosphérique
main

La pollution, un danger pour la santé visuelle ?

Les chiffres avancés par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) depuis 2018 sont assez alarmants : 9 personnes sur 10 vivent dans une atmosphère au taux élevé de polluants, et près de 7 millions de personnes meurent tous les ans des conséquences de la pollution. À ce bilan déjà lourd viennent s’ajouter les victimes des effets de la pollution atmosphérique sur les yeux.

Les conséquences de la pollution atmosphérique sur les yeux

Les effets de la pollution de l’air sur les yeux sont nombreux. Ils peuvent se traduire par :

  • une sécheresse oculaire
  • des rougeurs
  • des picotements ou démangeaisons oculaires
  • une photophobie (sensibilité excessive à la lumière)
  • le port de lentilles de contact devenant insupportable

Les polluants présents dans l’air s’infiltrent dans les yeux, détériorent le film lacrymal et provoquent des inflammations de la cornée ou de la conjonctive. Ces atteintes de la sphère ophtalmique peuvent aggraver les conjonctivites allergiques et les maladies visuelles déjà présentes.

À savoir

Des études ont mis en rapport l’explosion de consultations aux urgences ophtalmologiques avec les pics de pollution atmosphérique. Lors du 4e Congrès francophone d’allergologie (en 2009), l’impact de la pollution de l’air sur la forte prévalence (parfois jusqu’à 40 %) d’irritations oculaires chez les personnes d’un même immeuble ou vivant dans une zone fortement polluée avait été démontré. 

La pollution augmente les risques de glaucome et de DMLA

Trois études scientifiques ont prouvé que la pollution de l’air augmente les risques d’apparition de maladies visuelles comme le glaucome ou la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA) chez les personnes vivant dans des lieux pollués. Chez certains individus, une modification de la rétine a même été observée. Ainsi, en Angleterre, des chercheurs ont suivi près de 116 000 sujets de 40 à 69 ans, afin d’étudier leur risque de déclencher une DMLA. Les résultats, publiés dans le Bristish Journal of Ophthalmology, démontrent que les personnes exposées à une forte pollution atmosphérique ont des taux d’apparition de DLMA plus élevés.
En 2019, la China Médical University Hospital publiait de son côté le résultat de ses études sur l’impact des gaz issus du trafic routier sur les yeux. Les 40.000 sujets de leur étude vivaient dans des zones plus ou moins polluées. La dégradation de leur santé visuelle allait de pair avec la concentration de gaz polluants (dioxyde d’azote et monoxyde de carbone) dans l’air.
Fin 2019, l’Institute of Ophthalmology and Moorfields Eye Hospital publiait dans la revue Investigative Ophthalmology & Visual Science, une étude allant dans le même sens et prouvant que les personnes vivant dans les zones polluées ont au minimum 6 % de risque supplémentaires de développer un glaucome, et présentent une rétine plus fine que la moyenne.

Quels éléments polluants de l’air sont dangereux pour nos yeux ?

Les particules fines sont l’un des plus célèbres polluants atmosphériques. Les médias en parlent fréquemment, les voitures sont désormais dotées de climatisations équipées de filtres à particules fines… Ces particules sont si petites qu’elles ont la capacité de se glisser partout et se retrouvent dans les poumons, les yeux, et même le sang. En s’agglutinant, elles forment des amas qui obstruent les alvéoles pulmonaires mais aussi les vaisseaux sanguins capillaires comme ceux qui se trouvent dans les yeux.
À côté de ces particules fines, des gaz comme l’ozone, le dioxyde d’azote, le dioxyde de carbone ou le dioxyde de soufre se retrouvent en trop grande concentration dans l’air lors des pics de pollution atmosphérique. Or, ils s’attaquent au film lacrymal qui protège et hydrate les yeux, ce qui les expose à des infections et à des épisodes de sécheresse oculaire.

Prudence avec la climatisation

Il ne faut pas minimiser une pollution du quotidien, qui insidieusement provoque des irritations et des sécheresses oculaires : la climatisation !

5 conseils pour préserver ses yeux de la pollution atmosphérique

La pollution est un problème de santé publique qui touche près de 91 % de la population mondiale. Avant que les mentalités, les modes de vie, de transports, de production ne changent et nous permettent de retrouver un cadre de vie sain, voici quelques astuces pour soulager les yeux durant les pics de pollution (qui sont indiqués sur des sites comme atmo-france ou sur certaines applications « météo »)

1) De prime abord, on pourrait penser que pour éviter la pollution atmosphérique, mieux vaut rester chez soi… À tort, car la pollution atmosphérique se trouve aussi dans nos domiciles. C’est pourquoi il est important d’aérer nos intérieurs. Le vent chasse les particules fines et le « renouvellement de l’air » permet de désaturer l’atmosphère de certains gaz polluants.

2) Si vos yeux souffrent déjà des conditions atmosphériques, il ne faut surtout pas les frotter, ni se maquiller : cela évite les frictions sur la cornée et donc l’aggravation de l’irritation.

3) Utiliser des collyres et larmes artificielles peut aider les yeux à se débarrasser des particules fines et à maintenir une hydratation confortable. À défaut, cligner des paupières permet de lubrifier les yeux.

4) Porter des lunettes de confort pour l’intérieur (si vous n’avez pas besoin de lunettes de correction), et des lunettes de protection solaire pour l’extérieur permet de filtrer une partie des éléments qui viennent se déposer sur les yeux.

5) Pour les amétropes (porteurs de troubles oculaires) il est conseillé de porter des lunettes plutôt que des lentilles durant les pics de pollution.

Trouver facilement un opticien près de chez soi

Les Opticiens par Conviction sont des opticiens engagés, d’authentiques professionnels indépendants qui se sont regroupés et qui défendent une éthique professionnelle sans concession, des valeurs communes et des expertises de santé visuelle pointues, dans le véritable intérêt de leurs clients indépendamment des modes, des pressions économiques ou externes.
Avec l'annuaire des opticiens, trouvez l'opticien le plus proche de chez vous.

Voir l'annuaire des opticiens
+ Aa -